AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Personnages Vacants & Design en Construction

 

 Calme. Tranquilité. Paix. Et bien c'est raté. A l'aide >.< | Libre =)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gwenaëlle de Larivière
Lady / Française ♣
avatar

Féminin ▌Messages : 124
▌Né(e) le : 23/11/1993
▌Inscrit(e) le : 20/05/2010
▌Age : 25
▌Localisation : In My Mind (Soupire)
▌Camp : Neutre
▌Humeur : Pyromanique

► We Are Robin Hood
» Titre: Noble
» Inventaire:

MessageSujet: Calme. Tranquilité. Paix. Et bien c'est raté. A l'aide >.< | Libre =)   Lun 21 Juin - 1:00


La paix ne semble pas exister

"Ta tête, ton geste, ton air
Sont beaux comme un beau paysage ;
Le rire joue en ton visage
Comme un vent frais dans un ciel clair."

Charles Baudelaire


& ?
Gwenaëlle & ?

Modèle de haut avec les codes d'Eliza' légèrement modifiés

    La calme. Le silence. Tout ce que Gwen aimait était réuni ici. En vérité ce n’était pas un endroit particulier. C’était sa chambre. Gwen soupira. L’enfermement n’était pas ce qu’elle préférait, mais Arthur ne voulait pas trop qu’elle sorte seule. A cause de leur Oncle. Bien que la demoiselle ait soutenu qu’il ne les retrouverait pas vu qu’ils étaient sous protection royale. Mais son frère ne l’écoutait pas souvent pour ce genre de chose, il était trop protecteur, sans doute à raison.
    Gwenaëlle ne mesurait pas vraiment le danger, elle le minimisait la plus part du temps, et puis elle savait se protéger toute seule. Du moins elle aimait penser cela, car en vérité sans son frère elle n’était pas grand-chose. Mais pensée ça ne l’aiderait pas pour le moment.
    D’un pas gracieux la demoiselle alla choisir une robe dans son armoire. Gwenaëlle aimait bien s’habiller le matin, se regarder dans la glace, et parfois se trouver belle. Elle hésita. Puis finalement son choix s’arrêta sur une jolie robe verte pâle. Allant derrière son paravent elle l’enfila. Le décolleté était en V et légèrement plongeant, son corset était d’un vert un peu plus foncé et commençait directement sous sa poitrine pour finir sur ses hanches, le jupon qui la suivait quant à lui était dans un tissu fluide et léger et de la même couleur que le haut. Les manches qui commençaient aux épaules étaient faites avec un tissu en voile qui au niveau du coude était serrer avec un ruban de la couleur du corset, après les manches s’évasaient longues et fluides.
    Sortant de derrière le paravent Gwen prit sa brosse à cheveux pour peigné sa tignasse brune, ce qui n’était pas une mince affaire. La jeune fille entama le travail avec soin et délicatesse. Bientôt ce qui ressemblait à une crinière de lion fini par devenir une chevelure aux boucles soigneusement peignées. Dans une jolie boite en bois la demoiselle choisit un ruban vert toujours pour nouer ses cheveux en une queue de cheval bouclée et soyeuse. Dans une autre boite la demoiselle prit son collier une mince chainette d’argent avec au bout une petite croix avec en son centre un petit rubis, certes il jurait un peu avec la robe, mais il allait avec le bracelet que mit ensuite la demoiselle. Peut lui importait le regard des autres, qu’ils la méprisent si cela leur faisait envie, elle s’en fichait royalement.
    Satisfaite d’être assez jolie, et simplement vêtue Gwenaëlle regarda son reflet pendant quelques minutes afin de s’occuper des légers détails qui pourrait faire tâche. Une fois cela fait un sourire mystérieux se peignit sur ses douces lèvres roses et fine. Allant à la table de chevet elle y prit un livre dont le titre était peint en or fin sur une couverture bois fin couverte de tissu, ce qui ce faisait à l’époque.
    Gwenaëlle sortit de sa chambre d’un pas joyeux. Les couloirs étaient calmes, on aurait dit qu’il n’y avait personne à l’intérieur, parfait en somme. La demoiselle sortit dans la cour, sous un arbre un banc en pierre blanche était posé, avec légèreté Gwen s’y assit mettant bien sa robe. Ses genoux se mirent contre le bord de la pierre, la main gauche de la demoiselle se posa sur ses cuisses alors que sa main droite tenait les pages du livre pour ne pas que celles-ci ne se tournent seules à cause du vent.
    L’air frais, la solitude et un bon livre faisait tout le plaisir de la demoiselle. Mais le destin fit que cela ne dura pas. Gwenaëlle était perdue dans la lecture des lignes qui noircissaient les pages blanches de l’ouvrage qu’elle savourait avec toute la passion du monde, quand on l’interrompit.

  • Bonjour Madame. Vous êtes ravissantes.

    Un soldat venait de s’asseoir près de Gwen, il lui prit doucement la main et l’embrassa. Gwen eut pour simple réponse un sourire qui encouragea, au grand damne de la demoiselle, le soldat à continuer ses minauderies.

  • Il est rare de voir une Demoiselle en dehors de sa chambre aussi tôt.

    Gwen sourit de nouveau puis laissa échapper un rire. Forcé mais cela ne se sentait pas. Le garde parla dans le vide pendant quelques minutes, Gwen faisait mine d’écouter, mais les seules bribes de conversation qu’elle entendait lui sortait de la tête après quelques secondes. Sa seule envie était de retourné à sa lecture qui était beaucoup plus passionnante que ce soldat collant et plein de d’attentions.

  • Mais vous ne m’avez pas l’air de quelqu’un de très bavard.

    Finit par conclure le soldat pot-de-colle. Gwen eut un soupire d’agacement que le garde ne perçu pas. Il affichait toujours une mine charmante. Son heaume sous le bras il découvrait ainsi un visage irrégulier aux multiples défauts, ses petits yeux noirs semblaient louchés sur la poitrine de Gwen qui n’appréciait pas ceci. Son seul souhait maintenant était qu’Arthur arrive, et vite pour la sortir de là et empêchait qu’on la reluqua ainsi comme une vulgaire catin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Tempton
Sheriff's Men / Noble ♣
avatar

Féminin ▌Messages : 129
▌Inscrit(e) le : 26/05/2010
▌Localisation : Nottingham (a)
▌Camp : King Richard (Prince Jean)
▌Humeur : Huuum...

► We Are Robin Hood
» Titre: Sheriff's Men / Noble
» Inventaire:

MessageSujet: Re: Calme. Tranquilité. Paix. Et bien c'est raté. A l'aide >.< | Libre =)   Lun 21 Juin - 17:59

William marchait tranquillement à côté d'Elizabeth, un sourire malin figé sur les lèvres. Il s'apprêtait à commenter la tenue de la demoiselle avec un « Tu ressembles à une fille aujourd'hui... » ou un « Tiens, c'est nouveau, tu t'es coiffée ? ». Mais, il n'eut même pas le temps d'ouvrir la bouche qu'un coup de poing atterri sur son épaule droit. Elizabeth l'avait frappé pour qu'il se taise, heureusement parce qu'il se serait ridiculisé sinon.

ELIZABETH - « Ne dis plus de bêtises, Will ! Même si c'est drôle... »

Will fit semblant de se mettre aux gardes à vous, alors qu'Elizabeth rigolait doucement. Dommage qu'aujourd'hui ils ne pouvaient pas passer beaucoup de temps ensemble... Mais il faut bien qu'un moment ils se séparent, non ? Elizabeth et William on beau être les meilleurs amis du monde, il n'y a pas que sa qui compte ! Au bout d'une dizaine de minutes, qui avait paru duré quelques secondes pour Will, la demoiselle lui dit qu'elle devait partir, parce qu'elle avait des choses à faire. L'homme acquiesça, et la laissa partir, ce demandant ce qu'il allait faire maintenant.
Pendant moins d'une heure, William s'est baladé dans le palais de Nottingham, il n'avait que sa à faire... Tout était calme, que s'en était même bizarre. Robin des Bois n'a pas prévu de voler l'argent du château ? Ou mieux, d'essayer d'assassiner le shériff ? Non, même pas ! On ne pouvait même pas s'amuser. Que faisait-il, franchement ? A moins que le shériff et Guisborn prévoient un gros coup pour bientôt... A part ça, s'était l'ennui total.
Will lâcha un soupire alors qu'il s'adossait à un mur, en vu de la cour du palais. L'homme aux cheveux noirs fit passé son regard sur la cour : a part quelques gardes entrain de s'amuser, et une demoiselle entrain de lire sur une pierre près d'un arbre, rien d'intéressant ne se passait.
Perdu dans ses pensées, Tempton ne fit pas tout de suite attention qu'un garde s'assit à côté de la demoiselle qui lisait, regardant avec avidité son décolleter, et lui parlant d'une voix mielleuse pour la faire craquer. C'était ignoble de traiter une femme ainsi, non ? Will ne put s'empêcher de penser que, si c'était Elizabeth, le garde aurait déjà eu un coup de pied entre les jambes avec un « va t'en sale pervers voyeur ! » de la part de la marchombre.
Will rigolait légèrement en s'approchant des deux personnes qui étaient assis sur la pierre blanche, près de l'arbre. Doucement, il tapota l'épaule du garde qui parlait toujours à la demoiselle qui l'écoutait sans vraiment faire attention. Un sourire se peignit sur les lèvres de Will.

WILLIAM - « Bonjour, Garde. Connaissez-vous le mot « respect » ? Oh... Excusez-moi. Cela doit être trop complexe pour un cerveau si peut intelligent que le vôtre. »

Le garde s'apprêta à répliquer, peut-être une insulte, mais Will ne lui en laissa pas le temps. Son poing atterri sur le visage du garde avec un bruit écœurant de dents cassés. C'est bien les hommes ça, ils cognent avant de réfléchir ! Lorsque le garde était assez sonné selon Tempton, il le prit pas le col, rapprochant son visage du sien, avec un air revêche.

WILLIAM - « Que je ne vous reprenne plus à embêter les demoiselles qui lisent tranquillement. Est-ce compris, garde ? »

Will lâcha le garde qui s'en allait en courant presque, maudissant celui qui l'avait frappé -qui n'était autre que notre cher Tempton-. Il avait complètement oublié la jeune femme qu'il avait sauvé de ce garde ! Il se tourna vers elle, avec une mine désolé. William fit un baisemain à la demoiselle, puis lui fit un grand sourire.

WILLIAM - « Je suis désolé que se malotru vous aie dérangé. Et que moi-même, je vous aie dérangé, Ma Dame. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwenaëlle de Larivière
Lady / Française ♣
avatar

Féminin ▌Messages : 124
▌Né(e) le : 23/11/1993
▌Inscrit(e) le : 20/05/2010
▌Age : 25
▌Localisation : In My Mind (Soupire)
▌Camp : Neutre
▌Humeur : Pyromanique

► We Are Robin Hood
» Titre: Noble
» Inventaire:

MessageSujet: Re: Calme. Tranquilité. Paix. Et bien c'est raté. A l'aide >.< | Libre =)   Mar 22 Juin - 1:53

    Gwen se sentait perdre doucement patience. Les yeux de l’inconnu sur son décolleté n’arrangeaient rien à la situation. La demoiselle n’était pas de celle qui aimait qu’on les regarde pour ensuite aller les toucher. Gwenaëlle était pudique et timide, son corps n’appartenait qu’à elle, et seul son jumeau l’avait déjà vu dévêtu.
    Les doigts fins de la demoiselle se crispaient légèrement alors que le soldat continuait de parler dans le vide, comme un moulin à eau placé sur le toit d’une maison, il battait l’air. Gwenaëlle n’était pas violente, et éloigner les hommes n’était pas son point fort, bon d’accord si cela l’était, mais seulement pendant les réceptions quand il y avait du monde. Or là ils étaient seuls, ou presque, ce qui rendait la situation un peu plus gênante.
    Ce fut un soulagement pour Gwenaëlle de voir arriver un autre homme qui se mit derrière le garde. Cet autre était beaucoup plus beau que le soldat, ses mèches noires encadraient son visage, sa coiffure n’était pas soignée mais cela le rendait attirant. Gwen ne s’attarda pas plus sur la physionomie de l’homme pour le moment. Car la conversation venait de prendre un tournant des plus intéressants qui fit sourire Gwen. Son regard de pluie fixait la scène avec intérêt.
    Le soldat ne semblait pas très futé, ni vraiment très rapide, preuve en était il venait de se prendre un coup dans en plein visage. Certes la réaction de l’homme aux cheveux noirs était peut être légèrement exagéré. Arthur était plus diplomate, il renvoyait les hommes avec de simples paroles menaçantes. Jamais il n’eut frappé qui que ce soit. Le soldat, blessé au visage, mais surtout dans sa fierté partit assez vite, son orgueil devant être particulièrement touché par la scène qui venait de se passer. Les hommes n’aimaient pas être rabaissés devant les demoiselles qu’ils courtisent.
    Quoi que Gwenaëlle doutât que courtiser fut le mot juste. Les yeux de cet homme avaient eu plus d’intérêt à regarder la poitrine de l’adolescente plutôt que ses yeux, qui pourtant était d’une jolie couleur d’eau fraiche. Ce qui frappa la jeune fille fut le regard que le brun porta ensuite sur elle. Il n’était en rien intéressé, il la regardait en face.
    D’un geste galant il déposa un baiser sur la main de Gwenaëlle qui se laissa faire. Les usages voulaient qu’elle se laisse faire par celui qui venait de lui éviter les avances pressantes d’un soldat. En plus elle était censée être sous la protection du Sheriff. Cette fois Gwen écouta les paroles que le jeune homme prononça, quoi qu’elle ne sut pas son âge, ni son nom d’ailleurs. Mais ce genre de banalités n’importait pas à la demoiselle, elle préférait de loin lire un bon livre plutôt que de discutailler sur des sujets qui ne l’intéressaient même pas.
    Alors le brun craignait de l’importuner, ce n’était pas le cas, bien au contraire elle lui était redevable. Mais ce n’est pas cela qui allait lui faire engager une conversation sérieuse avec ce mystérieux sauveur. D’un geste léger Gwenaëlle se leva fermant son livre avec délicatesse. La demoiselle regarda si sa robe était bien en place pour ne pas avoir l’air de sortir d’une porcherie, bien qu’aucun détail ne clochât dans sa tenue. Maintenant qu’elle était debout ses deux mains tenaient son livre pour ne pas qu’il tombe malencontreusement par terre.

  • Merci

    Finit par prononcer la demoiselle. Un seul mot qui pourtant trahissait son léger accent français. La jeune fille gratifia son « sauveur » d’un charmant sourire en coin dont elle avait le secret. Ce sourire mystérieux et poétique qui avait fait chavirer bien des cœurs. Mais ce n’était pas l’intention de Gwenaëlle, ce jeune homme semblait bien trop gentil et attentionné pour être seul, il était surement marié ou autre, et pas du genre à faire des avances à une demoiselle qu’il venait d’aider.
    Jugeant que sa présence n’était plus obligatoire Gwenaëlle tourna les talons faisant tournoyer sa robe verte pâle. Pourtant la demoiselle sentait qu’elle était destinée à revoir cet homme aux cheveux mal peigné. Car sa coiffure fût ce qu’elle retint de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Tempton
Sheriff's Men / Noble ♣
avatar

Féminin ▌Messages : 129
▌Inscrit(e) le : 26/05/2010
▌Localisation : Nottingham (a)
▌Camp : King Richard (Prince Jean)
▌Humeur : Huuum...

► We Are Robin Hood
» Titre: Sheriff's Men / Noble
» Inventaire:

MessageSujet: Re: Calme. Tranquilité. Paix. Et bien c'est raté. A l'aide >.< | Libre =)   Mar 22 Juin - 20:42

William ne faisait même pas attention aux attributs de la demoiselle aux beaux cheveux bruns et aux yeux bleus profonds comme l'océan. Will l'avait tiré d'une situation très gênante, et il avait chassé un soldat qui essayait tant bien que mal de la charmé. Lorsque l'homme se fut occupé du cas du garde, il s'excusa d'importuné la lecture de la jeune femme, en lui faisant un baisemain. La politesse était primordiale envers les dames pour lui. Parce qu'elles sont des joyaux, mais peut d'hommes le remarque vraiment, et préfère les voir comme des catins...
Le regard de la jeune femme, qui devait avoir moins de dix-huit ans à vu d'œil, était reconnaissant. Elle ne parlait pas, Will crut qu'elle était muette. L'homme aux cheveux noirs se massa l'épaule en se rappelant ce qu'Elizabeth lui avait dit pour être poli. Cette leçon était gravé en lui par coup de poing sur l'épaule. Drôle de m'étonne me direz-vous, mais avec Will cela avait étonnement bien marché. Trop bien même. D'un geste plein de sensualité, la demoiselle ferma son livre délicatement.
Ensuite, elle regarda sa tenue, comme pour voir si tout était en place. Puis, elle se leva d'un geste léger. Will ne put s'empêcher de la regarder dans les moindres détails, tout en évitant, par respect sa poitrine. Elle était belle, ça, Will ne pouvait le nier. Attirante aussi, mais saurait été pur folie que de la charmer et la prendre sans son consentement, comme a voulu faire le soldat tout à l'heure.

GWENAELLE - « Merci. »

Dit-elle. Se fut le seul mot qu'elle eut prononcé depuis le début. Les soupçons de Will, comme quoi elle était muette s'évanouirent. Mais le merci avait un légère note d'accent français. La jeune femme aux cheveux bruns était-elle une française ? Peut-être...
La demoiselle sourit. Un beau sourire qui fit raté un battement à Will. Il sentit son cœur chaviré, et son regard tomber dans les profondeurs de selon de la jeune femme... Intérieurement, il se gifla. Il fallait qu'il se reprenne ! Mais, William n'était pas le genre d'homme à courtiser une femme qu'il avait sauvé. Après tout, il était encore puceau, et amoureux d'Elizabeth. Même si celle-ci n'éprouvait qu'une grande amitié envers lui.
Comme jugeant que sa présence n'était plus obligatoire, la demoiselle tourna les talons pour s'en aller. Sa robe pâle tournoyait autour de ses jambes. Will savait qu'il allait la revoir. Mais il voulait au moins connaître son nom avant de parler.

WILLIAM - « Attendez ! Comment vous appelez-vous ? »

Il avait dit cela en attrapant doucement le poignet de la demoiselle, la faisant se tourner vers lui. Il avait posé cette question en toute innocente. William était curieux, il voulait seulement savoir son nom... Puis, il vit qu'il avait omit un détail.

WILLIAM - « Excusez-moi, j'ai omis un détail... Je suis William. William Tempton. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwenaëlle de Larivière
Lady / Française ♣
avatar

Féminin ▌Messages : 124
▌Né(e) le : 23/11/1993
▌Inscrit(e) le : 20/05/2010
▌Age : 25
▌Localisation : In My Mind (Soupire)
▌Camp : Neutre
▌Humeur : Pyromanique

► We Are Robin Hood
» Titre: Noble
» Inventaire:

MessageSujet: Re: Calme. Tranquilité. Paix. Et bien c'est raté. A l'aide >.< | Libre =)   Mer 23 Juin - 12:47

    Gwen partait avec le sentiment que cette rencontre finissait là pour cette fois. La demoiselle était avare en paroles. Peu de gens avaient entendu le son de sa voix. Son frère étant celui qui avait eu le son de la douce voix de sa jumelle. Mais bien souvent c’était quand elle était en colère. En tout les cas Gwenaëlle avait déjà oublié la présence de l’homme derrière elle. La demoiselle pensait qu’il était partit, elle n’avait pas la sensation d’être observée comme beaucoup de fois dans ce genre de situation.
    Pourtant il rappela sa présence d’un geste, qui aurait put être brusque, mais quand il le fit ce geste parut doux, presque une caresse. Gwen sentit juste la main de l’homme sur son poignet, il était doux, délicat. Son geste n’était aucunement malfaisant, aussi Gwen ne protesta pas et ce laissa faire quand il la tourna vers lui. Les yeux de l’homme était plutôt d’une couleur foncée, ce qui faisait ressortir son coté beau brun ténébreux. Mais en même temps il avait cet air de jeune homme joyeux et drôle.
    Gwenaëlle se décida à admirer son interlocuteur avec plus d’attention que précédemment. En vérité la jeune femme trouvait tous les défauts du monde aux hommes, soit au niveau caractère, soit au niveau physique. Mais là, c’était différent, cet homme qui semblait si beau, avait aussi l’air doux et gentil. Ce qui était rare. Il ne la regardait pas avec l’avidité que les hommes avaient d’habitude, c’était étrange et agréable. Gwenaëlle observa en silence l’homme face à elle.
    Puis il finit par parler. Il voulait savoir son nom ? Gwen n’avait pas vraiment pour habitude de le donner à des inconnus, mais celui là, lui semblait tout à fait inoffensif, et gentil. Il faudrait qu’elle lui demande le sien aussi. Après tout il l’avait aidé, et l’homme n’avait pas été obligé de le faire, rare était ceux qui venait à l’aide des dames, sans rien demander en retour. Il ne semblait du moins pas de cela.
    Gwen ouvrit la bouche pour parler. L’homme face à elle ne l’avait surement pas remarqué car il la devança. Finalement elle n’aurait pas à lui demander son nom, cela l’arrangeait, ça lui faisait un embarras en moins. William Tempton… Elle avait déjà entendu ce nom quelque part, mais impossible de se souvenir où. Surement dans la bouche du Sheriff. D’ailleurs celui là devrait apprendre la politesse à ses hommes, quoi que cela fût le travail de Gisborne. Après lui était gentil homme, bien que parfois sombre. En tout les cas Gwenaëlle n’allait pas s’attarder là-dessus pour le moment. Si elle commençait à penser à l’homme en noir que tous les gens craignaient, elle n’était pas sortie de ses pensées avant un moment et cela aurait été un comble pour elle.

  • Gwenaëlle Abigaëlle de Larivière.

    Son nom fût prononcé entièrement en français. Aucun accent anglais. Mais qu’elle fût française n’était un secret pour personne. Et puis la plus part des gens la croyait muette. Enfaite elle faisait semblant, cela l’amusait.
    En prononçant son nom un nouveau sourire vint jouer sur ses lèvres. Il était rare que ce soit elle qui prononce son nom. En général Arthur était toujours avec elle. Même si parfois, comme en cet instant, la demoiselle réussissait à échapper à la surveillance de son frère.
    Une mèche brune vint danser devant ses yeux lui chatouillant le nez. D’un geste vif et fermant les yeux elle la remit derrière son oreille. Parfois ses cheveux lui jouaient de mauvais tour, surtout quand le vent commençait à se lever comme là. Gwen leva ses yeux bleus vers le ciel, celui-ci était dégagé et le soleil montrait le bout de son nez. Pourtant la fraicheur et le vent était au rendez-vous. Par moment Gwenaëlle regrettait le climat tempéré de la France. Un frisson la parcouru. Elle n’était pas frileuse, mais là il commençait à faire froid dans cette cour où les gens commençaient à aller et venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Tempton
Sheriff's Men / Noble ♣
avatar

Féminin ▌Messages : 129
▌Inscrit(e) le : 26/05/2010
▌Localisation : Nottingham (a)
▌Camp : King Richard (Prince Jean)
▌Humeur : Huuum...

► We Are Robin Hood
» Titre: Sheriff's Men / Noble
» Inventaire:

MessageSujet: Re: Calme. Tranquilité. Paix. Et bien c'est raté. A l'aide >.< | Libre =)   Mer 23 Juin - 16:39

Will était doux avec elle. Simplement parce qu'il ne voulait pas lui faire de mal. Il voulait connaître le nom de la demoiselle qui ne parlait pas beaucoup. L'homme avait l'impression que la jeune femme le regardait de haut en bas, le détaillant. Et en même temps, William la détaillait lui aussi. Elle était belle, même très belle. Beaucoup d'hommes devaient tentés de la courtiser, mais cela ne devait pas marcher selon Will... Ses beaux cheveux bruns ondulaient autour de son visage harmonieusement, quant à ses yeux bleus clairs, ils sont si profonds que Will s'y perdait...
Le corps de la jeune femme était harmonieux et fin, mais l'homme ne s'attarda pas sur ses courbes féminines. C'était très impolie. William se frotta l'épaule en se rappelant les dizaines de coups de poings qu'il avait reçu sur l'épaule parce qu'il avait regardé une fille qu'il trouvait jolie. Bref, passons des détails inutiles. Il avait remarqué que la demoiselle avait ouvert la bouche lorsqu'il s'était présenté. Ensuite, elle s'était présenté à son tour.

GWENAELLE - « Gwenaëlle Abigaëlle de Larivière. »

Sa voix était typiquement française, et elle avait prononcé son nom dans cette langue. Will sourit. Donc, la jeune femme était d'origine française, comme l'homme aux cheveux noirs. Lorsque la dénommé Gwenaëlle avait prononcé son nom, elle avait sourit. Elle avait un si beau sourire...
Will sentit son cœur chaviré encore une fois. Une jolie mèche brune vint chatouiller le nez de la demoiselle : le vent commençait à se lever. Les cheveux en bataille de Will bougeait aussi au vent. Cela lui donnait un certain charme, alors qu'il regardait Gwenaëlle. La jeune femme leva les yeux au ciel, alors que le soleil commençait à pointé le bout de son nez.
Dame Gwenaëlle frissonna. Will haussa un sourcil, il commençait à faire froid, mais il faisait encore assez chaud pour William. Le climat de l'Angleterre était différent de celui de la France, l'homme le savait. Mais il s'habituait à tout les temps. Du moment qu'Elizabeth était avec lui, tout allait pour le mieux. Il se rendit compte que le silence pesait entre lui et Gwenaëlle.

WILLIAM - « Très jolie nom... Dame Gwenaëlle. »

Un autre coup de vent balaya la cour. Les cheveux bruns de la demoiselle virent devant ses yeux, masquant sa vision. En hésitant un peu, l'homme remit derrière l'oreille de Gwenaëlle. Ensuite, il retira vivement sa main. Il rougit légèrement, et baissa la tête.

WILLIAM - « Je suis désolé... »

Il avait bafouillé ses mots en regardant le sol. Ses joues étaient légèrement teintées de rouge, et maintenant il garda le silence. Il n'aurait pas dû faire cela, c'était mal. Surtout qu'il ne l'a connaissait pas, et que c'était une manière de « draguer ». Il se mordilla la lèvre inférieur, se taisant toujours. C'est vrai que William trouvait la demoiselle belle, mais sans plus. Son cœur appartenait à Elizabeth, même si celle-ci ne le considérait que comme son meilleur ami. Will lâcha un long soupire, et releva la tête pour regarder Gwenaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwenaëlle de Larivière
Lady / Française ♣
avatar

Féminin ▌Messages : 124
▌Né(e) le : 23/11/1993
▌Inscrit(e) le : 20/05/2010
▌Age : 25
▌Localisation : In My Mind (Soupire)
▌Camp : Neutre
▌Humeur : Pyromanique

► We Are Robin Hood
» Titre: Noble
» Inventaire:

MessageSujet: Re: Calme. Tranquilité. Paix. Et bien c'est raté. A l'aide >.< | Libre =)   Jeu 24 Juin - 16:36

    Le silence c’était installé entre les deux jeunes gens. Et pour la première fois cela ne dérangea aucunement Gwenaëlle. Le vent faisait aussi bouger les cheveux en désordre de l’homme. Mais cela lui allait plutôt bien. Gwen ne c’était jamais trouvée avec un homme dans cette situation légèrement gênante tout de même. Mais étrangement la demoiselle s’en fichait un peu. Les choses étaient ainsi, on ne pouvait rien y faire.
    Avec un geste léger Gwen défit son poignet de l’emprise du garçon qui le tenait toujours. Le geste de la demoiselle n’était pas franchement pressé. Mais elle voulait récupérer ce qui lui appartenait. En l’occurrence une partie de son corps. Enfin c’est une phrase un peu mal tournée, mais tout le monde peu la comprendre. Gwenaëlle ne c’était jamais retrouvée à porter attention à quelqu’un, bon son frère, mais là c’était autre chose. Pour une raison qui lui restait flou cet homme l’attirait.
    Puis elle finit par ce dire que c’était seulement car il avait été sympathique avec elle, et qu’il ne la regardait pas comme un morceau de viande, mais comme un être humain avec des sentiments et un cœur. Il fallait bien l’avouer les intentions de la plus part des hommes étaient facilement devinable, mais avec lui c’était, différent. Gwenaëlle ne se sentait pas l’objet de fantasmes qu’elle préférait ne pas connaître. Cela pouvait faire peur.
    William ouvrit la bouche pour parler. Il était certainement plus bavard que Gwenaëlle, quoi que cela ne fut pas bien difficile vue que la jeune femme, contrairement aux autres, ne bavardait pas à tout bout de champ pour ne rien dire du tout au final. C’était tout à fait le genre de jacassement que Gwenaëlle avait toujours détester, et ce depuis qu’elle avait fait son entré à la cour de France.
    Un nouveau coup de vent. Un nouveau frisson. Puis une mèche de cheveux qui vint barrer une nouvelle fois son visage. C’était bien la peine d’attacher cette maudite tignasse brune tiens ! Gwenaëlle commença à lever une main pour dégager une nouvelle fois sa vue, troublé par ce flot de cheveux bouclés. Mais quelqu’un fut plus rapide. William venait de dégager son visage avec sa main, rapidement. Gwen sentit la peau chaude de l’homme toucher la sienne. Ses yeux bleus de pluie se plongèrent dans l’océan sombre de ceux de Tempton.
    Puis il retira sa main rougissant comme un enfant qui venait de faire une bêtise. Gwenaëlle trouva cela mignon. Les hommes ne rougissaient pas en général, surement car ils trouvaient que cela allait mieux aux femmes. Mais l’innocence du garçon face à elle déstabilisait la demoiselle. D’habitude les hommes n’étaient pas aussi gênés, pas aussi gentils sans intentions derrière. Mais après tout ce n’était jamais les plus timides qui venaient voir les dames. C’était bien dommage d’ailleurs car beaucoup de femmes aimaient les hommes timides. Ils avaient un charme certain. Et ils ne cherchaient pas à coucher, vue que la plus part était puceau. Mais en même temps en perdant leur virginité ils devenaient comme les autres pour certains, c’était bien dommage.
    Il s’excusait ? Bon il était vrai que son geste était légèrement déplacé envers elle. Et cela était tout à fait galant de sa part de s’excuser pour avoir remis une mèche de cheveux à sa place. Gwen le regarda pour chercher ses mots.

  • Ce n’est rien. Merci Monseigneur

    Furent les seuls mots qui passèrent ses lèvres en dépit du fait qu’elle aurait souhaité dire autre chose. Mais rien d’autre ne vint, c’était le grand vide. Ses mots se perdaient au fond de sa gorge. Que dire ? Que faire ? C’était la première fois que ses moyens disparaissaient ainsi face à quelqu’un.
    Pourtant elle s’inclina respectueusement mettant tout de même une main pour cacher son décolleter quand elle se pencha. Puis elle se releva doucement. Puis elle voulut de nouveau partir mais le bas de sa robe étant un peu long elle trébucha tout lui sembla tourner autour d’elle. Fermant les yeux elle sentit que son corps allait bientôt rencontrer le sol. Le choc lui coupa le souffle. Heureusement qu’elle n’était pas si grande que ça. Mais intérieurement elle se maudissait d’être tombé aussi bas, au sens propre comme au sens figuré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Tempton
Sheriff's Men / Noble ♣
avatar

Féminin ▌Messages : 129
▌Inscrit(e) le : 26/05/2010
▌Localisation : Nottingham (a)
▌Camp : King Richard (Prince Jean)
▌Humeur : Huuum...

► We Are Robin Hood
» Titre: Sheriff's Men / Noble
» Inventaire:

MessageSujet: Re: Calme. Tranquilité. Paix. Et bien c'est raté. A l'aide >.< | Libre =)   Jeu 24 Juin - 19:23

William était quelqu'un de très bavard, par moment, il parlait tellement qu'il racontait n'importe quoi. Il n'avait point remarqué que sa main emprisonnait toujours le poignet de la demoiselle. D'un geste léger, elle récupéra sa main, alors que Will la regardait. Dame Gwenaëlle était très belle, peut-être un peu moins qu'Elizabeth, mais belle quand même. William avait remit une mèche de cheveux derrière l'oreille de la demoiselle, et, gêner, il avait rougit comme un enfant. En faite, le jeune homme était toujours puceau. Et, il devait bien l'avouer, il n'était pas pressé de coucher avec une femme. Même s'il aimerait le faire avec Elizabeth.
On devant bien l'avouer, William possédait un certain charme. Déjà, ses cheveux en bataille, ensuite, son petit air d'enfant innocent était à tombé, et son regard dénudé de perversité envers les femmes donnait envie de s'y noyer. Bref, un bel homme en somme. Gwenaëlle semblait quelque peut troubler par l'innocence de William. C'est vrai que habituellement, les hommes ne sont pas comme ça. Ils étaient plutôt le genre bourru, et charmeur. Vraiment pas le style de Will.
On pourrait vraiment dire que William était l'homme que toutes les femmes recherche. L'homme parfait, qui ne pense pas qu'à coucher avec les femmes, dut-elles être des catins. En plus, il ne regardait pas les parties féminines de la demoiselle, par pure respect et politesse. C'était si mal élever que de faire cela ! Gwenaëlle ouvrit la bouche pour parler.

GWENAELLE - « Ce n’est rien. Merci Monseigneur. »

Dit-elle d'une voix cristalline. La jeune femme n'était vraiment pas bavarde du tout. Tout l'inverse de Will. Elle semblait déstabiliser, et on aurait dit qu'elle ne savait pas quoi faire. D'ailleurs, pour la première fois de sa vie, se fut pareil pour Will. Que pouvait-il faire en présence de demoiselle aussi peut bavarde ? Raaaah ! Il n'eut pas le temps de parler, que Gwenaëlle s'inclina avec respect devant lui. Mais en même temps, elle cachait avec sa main son décolleter.
Ensuite, elle se releva doucement, prête à partir. Will ne disait rien, préférant se taire. Pour une fois, il n'avait rien à dire, c'était étrange. Soudain, la jeune femme tomba au sol. Elle avait dut se prendre les pieds dans sa robe. Quelle maladresse... Mais c'était bien digne des filles. Will n'a jamais trouvé l'intérêt des robes. Cela doit vraiment être énervant pour les femmes ! Will réfléchissait.
Que faire ? Que faire ? L'aider à se relever comme ferait un parfait gentleman ? Tient... Il allait faire ça. Il contourna la demoiselle, pour se mettre en face d'elle et prendre ses bras pour l'aider à se relever. Ensuite, il enleva la poussière du sol de la robe de Gwenaëlle, sans toucher aux endroits qu'un homme ne devait pas toucher sous peine d'avoir une bonne paire de claque.

WILLIAM - « Votre robe est toute sale. Il faudra la laver. Mais je peux dire, que de toute ma vie, je n'avais jamais vu une femme tomber à cause d'une robe. Vous devez certainement être la première, Ma Dame. »

Dit Will en faisant un magnifique sourire au coin. En faite, il blaguait. William espérait que la jeune femme aux beaux cheveux bruns ne le prenne pas mal, saurait été mauvais pour lui. Vraiment, aujourd'hui il n'avait fait que aider Gwenaëlle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwenaëlle de Larivière
Lady / Française ♣
avatar

Féminin ▌Messages : 124
▌Né(e) le : 23/11/1993
▌Inscrit(e) le : 20/05/2010
▌Age : 25
▌Localisation : In My Mind (Soupire)
▌Camp : Neutre
▌Humeur : Pyromanique

► We Are Robin Hood
» Titre: Noble
» Inventaire:

MessageSujet: Re: Calme. Tranquilité. Paix. Et bien c'est raté. A l'aide >.< | Libre =)   Ven 25 Juin - 23:25

    Se traiter de tous les noms. Voila ce que Gwenaëlle faisait intérieurement en ce moment. C’était bien la première fois qu’elle s’étalait de tout son long au milieu d’une cour. Heureusement pour la demoiselle, chance ou pas, il n’y avait personne dans la cour du palais, sauf un ou deux gardes qui n’avaient même pas vue la scène. Gwen avait réussit à tomber en silence, sans crier. Ce que bon nombre de jeunes femmes auraient fait partant ensuite en courant, rouge de honte. Gwenaëlle n’était certainement pas de celles là. La demoiselle avait de la fierté. Du moins assez pour s’écraser au sol avec grâce.
    Une fois que Gwenaëlle eut encaissé le fait de s’être écrasée au sol comme une vulgaire paysanne, la demoiselle fit un geste pour se relever. Puis quelqu’un lui prit doucement les bras l’aidant ainsi à se remettre sur ses deux jambes. Encore une fois William venait de l’aider. Mais pour sa robe ce serait un bon lavage qu’il faudrait. Gwen réussit à tenir debout sans difficulté apparente. C’était très bien ainsi. Will l’aida à enlever le surplus de poussière sur sa robe verte. Il évita toutes les zones qu’un homme ne se devait pas de toucher sans avoir au préalable la permission de la jeune fille.
    Finalement Gwenaëlle ne se trompait pas, il lui arrivait d’ailleurs rarement de se tromper au sujet de quelqu’un cet homme face à elle était quelqu’un de gentil et d’attentionné qui ne semblait pas s’intéresser aux femmes. Gwenaëlle en vint à ce demandé si l’homme face à elle n’était pas plutôt intéressé par les hommes. Après tout cela était tout à fait possible. Du moins à la cour de France. Arthur avait déjà été convié à des réunions « Gay ». Il n’y avait été qu’une fois et était repartit aussi vite qu’il était entré d’après ce qu’on eut rapporté à Gwenaëlle. Cependant Arthur ne savait pas que sa sœur avait été mise au courant.
    Gwen était un peu gênée lorsqu’elle essuya son postérieur puis sa poitrine. Ses joues avaient prit une jolie teintes rosé trahissant son embarras. Cela allait faire depuis la mort de ses parents qu’elle n’avait pas été dans une situation gênante. Sans doute parce qu’elle se mêlait rarement aux autres cela évitait tout inconvénients de ce genre. Mais il suffisait d’une fois et tout basculait. Gwenaëlle venait à peine de rencontrer William que déjà il bousculait son quotidien. Bon c’était juste une seule petite fois. Ce n’est pas comme s’ils allaient se revoir de si tôt. Quoi que le palais avait beau être grand on s’y croisait souvent.
    L’homme lança une boutade. Gwen rigola. Un rire sincère bien que discret et rapide. Rigoler, ce n’était pas vraiment dans ses habitudes. Parler autant non plus. Mais cet homme arrivait à la décoincer sans qu’elle ne comprenne pourquoi. Il avait un petit quelque chose qui faisait qu’on ne pouvait pas le détester. Et puis il avait de l’humour et un certain charme. Mais le cœur de Gwen était déjà prit par un autre. Guy de Gisborne, il n’était, certes, pas des plus sympathiques, mais Gwen était tombée amoureuse de lui, même sans cheval blanc, sas beaux cheveux blond, enfaite il était tout le contraire, mais elle l’aimait.

  • Vous êtes plutôt drôle. Cela va faire plusieurs années que je n’ai pas ris.

    Gwen n’avait pas fait une phrase aussi longue depuis un moment. Alors ce garçon la changeait vraiment finalement. La demoiselle se demandait si c’était plutôt bien, ou alors mal que quelqu’un puisse ainsi briser les barrières qui entravaient et protégeaient son cœur depuis longtemps maintenant. Même Arthur n’avait pas réussit, c’était tout simplement incroyable aux yeux de la demoiselle.
    Les choses changeaient tellement depuis quelques temps pour elle. Jamais elle n’aurait crut pouvoir rire encore. Gwenaëlle avait même crut oublier comment on faisait. Un sourire était maintenant sur ses lèvres. Si Arthur avait été là il aurait sauté de joie. Gwenaëlle savait depuis longtemps que son frère n’attendait que ça. Qu’une infime partie de la barrière qui entourait le cœur de sa sœur disparaisse, fondant comme la neige au printemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Tempton
Sheriff's Men / Noble ♣
avatar

Féminin ▌Messages : 129
▌Inscrit(e) le : 26/05/2010
▌Localisation : Nottingham (a)
▌Camp : King Richard (Prince Jean)
▌Humeur : Huuum...

► We Are Robin Hood
» Titre: Sheriff's Men / Noble
» Inventaire:

MessageSujet: Re: Calme. Tranquilité. Paix. Et bien c'est raté. A l'aide >.< | Libre =)   Sam 26 Juin - 16:17

La demoiselle était tombé avec grâce. Pas comme une vulgaire paysanne, ce qui faisait qu'elle avait quand même de l'honneur. Par contre, sa robe devra être lavé. Après que Will est aidé Gwenaëlle à enlever la poussière de sa robe -en évitant soigneusement les parties qu'on avait pas le droit de toucher. Gwenaëlle enleva la poussière de son postérieur, puis de sa poitrine en étant un peu gêner. Will fit un petit sourire au coin charmeur. Normalement, toutes les femmes y cédaient, mais William les repoussait à chaque fois. Mais comme un vrai gentleman. C'est-à-dire en refusant toutes leurs demande poliment, et les repoussant avec un : non merci.
On pourrait même croire que l'homme aux cheveux noirs était gay, mais non. Il cherchait simplement le véritable amour, le pure, le vrai. Mais à vrai dire, il ne ressemblait pas aux autres hommes. Normal, il n'avait qu'une seule amie : Elizabeth. Et jamais d'amis garçons. Maintenant, la demoiselle se tenait correctement debout. Elle n'allait pas tomber encore une fois à cause de sa robe. La jeune femme ne parlait pas souvent, et c'était bizarre. Elle n'aimait pas parler, ou quoi ? C'était certainement ça, la demoiselle n'aimait pas parler...
William lança une boutade, et la jeune femme rigola. C'était un rire sincère, même s'il était discret et rapide. L'homme fit un autre sourire au coin. William trouvait la jeune femme fort charmante, et son silence ne faisait qu'attiser la curiosité de l'homme. Elle était très belle... Will voulu parler, mais la jeune femme le devança. Il l'écouta en silence.

GWENAELLE - « Vous êtes plutôt drôle. Cela va faire plusieurs années que je n’ai pas ris. »

C'était la plus longue phrase que Gwenaëlle avait prononcé. William fit un grand sourire, il avait vraiment réussi à faire en sorte que la jeune femme change. D'abord, elle était silencieuse et ne répondait presque jamais. Puis, maintenant, elle commençait à parler un peu plus. Les choses changeaient dorénavant.

WILLIAM - « C'est la première fois que vous dites une phrase aussi longue. Je suis impressionné ! Bravo ! »

Will lâcha un petit rire. Un beau rire qui faisait fondre n'importe qu'elles femmes. L'homme s'approcha un peu de Gwenaëlle sans le vouloir. Il appréciait la jeune femme pour beaucoup de chose. Déjà, elle était belle, et ensuite, le fait qu'elle ne parle pas l'a rendait attirante. Surtout que son cœur était comme de « glace », et il avait sûrement réussi à faire fondre un peu de cette glace. Mais maintenant, Will ne savait plus trop quoi dire, ni que faire. Il se taisait pour réfléchir. En même temps, la demoiselle avait peut-être d'autre chose à faire.

WILLIAM - « Mais, si cela fait vraiment plus années que vous n'avez pas ris... Que c'est-il passé ? Pourquoi n'aviez-vous plus ris depuis aussi longtemps ? »

Il marqua une pause. Will était un homme trop curieux, ça, on lui disait souvent. Mais c'était dans sa nature, d'être curieux ! Il se rendit compte que c'était impoli de demander à une femme qu'on connaissait à peine des explications sur sa vie...

WILLIAM - « Je suis désolé d'être si curieux. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwenaëlle de Larivière
Lady / Française ♣
avatar

Féminin ▌Messages : 124
▌Né(e) le : 23/11/1993
▌Inscrit(e) le : 20/05/2010
▌Age : 25
▌Localisation : In My Mind (Soupire)
▌Camp : Neutre
▌Humeur : Pyromanique

► We Are Robin Hood
» Titre: Noble
» Inventaire:

MessageSujet: Re: Calme. Tranquilité. Paix. Et bien c'est raté. A l'aide >.< | Libre =)   Mar 29 Juin - 1:15

    Gwenaëlle eut un de ses sourires sincères. Arthur y avait le droit de temps à autre. Mais en général les autres gens qui entouraient la demoiselle devaient se contenter d’un faux sourire. Quoi qu’ils ne le remarquaient pas. Les gens étaient tellement absorbés par leur eux même qu’ils ne se souciaient plus des autres. L’égocentrisme et le narcissisme régnait en maitre sur les gens. Cela en était affolant aux yeux de Gwenaëlle.
    L’homme semblait quelque peu charmeur, mais c’était comme s’il ne le désirait pas vraiment, étrange. Gwenaëlle devrait percer ce mystère. Mais en attendant la demoiselle se contentait d’observer comment William agissait. Observer les gens. Gwenaëlle aimait ça. Les gens avaient quelque chose de fascinant dans leur façon d’être. Pouvoir se mêler aux autres tout en les critiquant par derrière. Se faire des amis pour mieux les poignarder dans le dos. L’espèce humaine était tellement vile. S’en était pathétique. Et Gwen aimait ça. Observer la dépravation humaine.
    Gwenaëlle sourit encore à la phrase du jeune homme. Il avait un rire magnifique. Si elle était le genre de femme à craquer devant les hommes comme lui certainement qu’elle aurait déjà tenté de lui faire des avances. Mais voila, Gwenaëlle n’était pas comme cela, au contraire, elle était réservée et attendait qu’on vienne la voir. Même si bien souvent elle refusait poliment les invitations. Aussi loin qu’elle se souvienne elle n’avait dansé qu’avec deux personnes son père et Arthur. Pourtant elle était bonne danseuse. Mais les hommes essayaient toujours se rapprocher des femmes par la danse en profitant pour les toucher. C’était ignoble. Gwen ne supportait pas ça. Donc, pas de danse pour elle.
    Par contre la demoiselle aimait écouter la musique. C’était tellement doux, il y avait quelque chose d’envoutant dans la musique. Une chose que peu de monde arrivait à sentir. Mais bon. Gwen devait reporter son attention sur William le beau jeune homme qui lui faisait face et qui c’était doucement, mais surement, rapproché d’elle. Ce n’était certainement pas intentionnel. Du moins Gwenaëlle préférait voir là un geste accidentel.
    La demoiselle se sentit légèrement gênée par la curiosité brulante du garçon. Sa question allait la faire remonter loin dans sa mémoire. Et pas à des souvenirs agréables. Bien au contraire. C’était ce qu’elle voulait oublier, sans jamais y arriver. Une plaie béante fendait son cœur. Sans le savoir William venait de remuer le couteau invisible qui empêchait la blessure de se refermer.
    Réfléchissant à ce qu’elle pourrait dire pour rester dans le vague tout en évitant d’autres questions gênantes, Gwenaëlle ne se sentait plus très a l’aise. Son cœur cognait contre sa poitrine à la recherche d’une réponse potable. Qu’est ce qu’elle pouvait bien avancer à cette question ? L’homme venait de lui changer son mode de fonctionnement. Il était bien curieux. En général cherchait à savoir si elle était disponible. Pas à savoir pourquoi elle ne parlait pas. Gwen soupira.
    William fut plus rapide à trouver quelque chose à dire. Gwenaëlle se sentit soulagée. Mais elle lui devait une réponse même s’il s’excusait. Soupirant la demoiselle continua de réfléchir.

  • Ce n’est pas grave. En vérité c’est depuis la mort de mes parents.

    Voila. C’était dit. Mais elle espérait qu’il ne tenterait pas d’en savoir plus sur cela. Gwenaëlle n’aimait pas parler de cela. C’était un sujet tabou à ses yeux comme à ceux de son frère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Tempton
Sheriff's Men / Noble ♣
avatar

Féminin ▌Messages : 129
▌Inscrit(e) le : 26/05/2010
▌Localisation : Nottingham (a)
▌Camp : King Richard (Prince Jean)
▌Humeur : Huuum...

► We Are Robin Hood
» Titre: Sheriff's Men / Noble
» Inventaire:

MessageSujet: Re: Calme. Tranquilité. Paix. Et bien c'est raté. A l'aide >.< | Libre =)   Mer 30 Juin - 20:09

William avait l'étrange impression d'avoir remuer un couteau dans une plaie béante qui blessait profondément la demoiselle. Mais, quoi qu'il fasse, sa curiosité l'emportait toujours. Pendant un moment, Gwenaëlle semblait réfléchir à ce qu'elle voulait répondre. Comme si elle ne voulait pas en parler, mais qu'elle préférait chercher une autre réponse potable. En parfait gentleman, William attendit qu'elle lui réponde. Alors, il se taisait. Mais c'était assez dire pour lui, vu que l'homme aux cheveux noirs est quelqu'un de très bavard, il ne peut pas s'empêcher d'en placer une.
William s'attendait à une grande révélation du pourquoi elle parlait peut, et qu'elle ne riait pas. Mais vraiment quelque chose de grave... La jeune femme soupira, alors qu'elle réfléchissait toujours pour sa réponse. L'homme restait silencieux, pour ne pas la déranger. C'était plus poli. An général, les gens aurait continué de parler, sans se soucier de ce que leur interlocuteur pouvait penser. Les gens étaient si narcissique et égocentrique à cette époque. Il ne pensait qu'à leurs nombrils, se fichant complètement des autres. C'est tellement énervant.

GWENAELLE - « Ce n’est pas grave. En vérité c’est depuis la mort de mes parents. »

William sentit immédiatement que la mort des parents de la demoiselle aux cheveux bruns était un sujet tabou. Alors, pour ne pas l'embarrasser d'avantage, il s'abstient de toutes questions gênantes là dessus. C'était malpoli de parler de la mort des parents de quelqu'un... C'est si terrible d'avoir ses parents étaient morts alors qu'on était même pas adulte.
Les parents du jeune homme étaient encore en vie. Mais son père était malade, même s'il ne le montrait pas. Cela fait longtemps qu'il l'est, mais pour l'instant il tient le coup. La mère de William garde espoir que son mari vive encore de longues années... William sait que, s'il perdait l'un de ses deux parents, il serait triste. Voir complètement anéanti pendant un long moment. Peut être qu'il ne s'en remettrait jamais. Qui sait comment il pouvait réagir ? Ses parents étaient vivants tout les deux pour l'instant. Alors il n'avait pas de soucis à se faire.

WILLIAM - « Je suis désolé. Cela à dût être très terrible pour vous... »

Il avait dit cela avec sincérité. William n'était pas du genre à faire semblant d'être désolé pour ce genre de chose. C'était trop méchant envers celui qui avait perdu un être cher.

WILLIAM - « Mais il faut savoir tourner la page. Passer à autre chose. »

Dit-il en souriant légèrement. Il avait raison, lorsqu'on perdait quelqu'un, il fallait savoir tourner la page et passer à autre chose. Cela ne sert strictement à rien de souffrir inutilement, alors qu'on peut facilement vivre sa vie pleinement, en la croquant à pleine dents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwenaëlle de Larivière
Lady / Française ♣
avatar

Féminin ▌Messages : 124
▌Né(e) le : 23/11/1993
▌Inscrit(e) le : 20/05/2010
▌Age : 25
▌Localisation : In My Mind (Soupire)
▌Camp : Neutre
▌Humeur : Pyromanique

► We Are Robin Hood
» Titre: Noble
» Inventaire:

MessageSujet: Re: Calme. Tranquilité. Paix. Et bien c'est raté. A l'aide >.< | Libre =)   Ven 23 Juil - 0:11

    Gwenaëlle se tenait toujours là face à ce charmant jeune homme qui arrivait à la faire sourire. Il n’avait pourtant rien de plus qu’Arthur. Sauf peut être l’humour, pas que Gwen n’aimait pas son frère, bien au contraire, mais il était légèrement trop sérieux. En même temps cela était compréhensible. Il devait toujours être sur le qui vive, juste au cas où leur Oncle retrouverait leur trace. Gwenaëlle regrettait la France, la jeune femme aimait son pays, elle y était toujours fidèle. Et ici elle ne se sentait point à son aise. De plus elle avait été élevée pour être une grande Dame, et elle se retrouvait au fin fond de l’Angleterre.
    Mais maintenant qu’elle y songeait, cela ne la dérangeait pas plus que cela enfaite. Au moins à Nottingham les gens n’étaient pas très nombreux. Bien que certains fussent gênants avec leurs questions stupides sur la cour de France, comparée à celle d’Angleterre. Gwen n’avait rien remarqué de différent, tout le monde se pavanait et parlait à tort et à travers pour se rendre intéressant. De plus les intrigues toutes plus farfelues les unes que les autres devenaient lassantes à la longue. Mais il fallait apprendre à vivre avec.
    Gwen eut un léger sourire en se souvenant des bruits qui avaient courut à son sujet. Quelque chose qui disait qu’elle était l’une des maitresses du roi. Ce qui était faux. Vue que la demoiselle pouvait certifier être toujours vierge. En vérité Gwen se préservait pour le mariage, tout en espérant que cela ne soit pas avec son Oncle. Sinon elle se suicidait avant de le faire. C’était sans doute sa plus grande peur. Même si cela semblait étrange.
    Remarquant que l’expression de William avait changée, Gwenaëlle comprit qu’enfaite sa révélation sur ses parents avait refroidit l’homme. Cela était compréhensible s’il était quelqu’un qui se souciait des autres, ce qu’il semblait être. Gwen avait toujours été très touchée par les personnes comme William, des personnes pleines de compassions et de gentillesse, cela devenait rare, et c’était triste à dire ainsi qu’à penser. Et pourtant, c’était la simple vérité. Les péchés, et les vices prenaient maintenant part dans le cœur des hommes, ils se disaient pieux et croyant, mais ils ne respectaient que les traditions qu’ils voulaient. Gwenaëlle trouvaient cela révoltant que les rois se fassent la guerre en prétendant le faire pour leur sainte religion. C’était de l’hypocrisie à l’état pur.
    Mais les gens n’étaient plus aussi pieux qu’avant, du moins les nobles, les pauvres eux croyaient en dieu et en les choses qu’il pouvait leur apporter. Gwenaëlle admirait leur croyance et leur dévotion quand elle voyait que leurs prières ne se réalisaient presque pas. Surtout à Nottingham où le Sheriff faisait régner la terreur. Pour cela Gwen comptait sur Robin des bois, il semblait courageux.
    Les mots que William employaient étaient bien choisis et l’homme réussit à la faire sourire une nouvelle fois. Si seulement il connaissait sa vie, il ne parlerait pas ainsi. L’exil de Gwen lui coutait énormément, elle ne pouvait même pas aller se recueillir sur la tombe de ses parents. C’est ce qui faisait le plus mal.

  • Oui. Peut être. Je dois être masochiste. Mais je ne veux pas oublier mes parents.

    Oublier serait la pire chose qu’il pourrait arriver à Gwen. Cette peur de ne plus se souvenir qu’elle est eut un jour des parents lui nouait le ventre. Bien que cela puisse paraître idiot. C’est pour cela qu’elle se faisait autant souffrir d’ailleurs, la souffrance était le meilleur moyen de ne pas oublier. Gwenaëlle était donc réellement masochiste, mais peut lui importait le regard que l’on pouvait porter sur elle.

  • Venez-vous de France ? Vous avez un léger accent français en vérité et cela m’intrigue.

    La première fois que Gwen voulait réellement converser avec quelqu’un qui n’était pas son frère. Mais cet homme l’intriguait, car elle ne l’avait jamais vue, et il avait quelque chose de différent des autres. Ne pas la voir comme quelque chose dont on pouvait profiter par exemple. Mais comme à une personne que l’on devait respecter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Calme. Tranquilité. Paix. Et bien c'est raté. A l'aide >.< | Libre =)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Calme. Tranquilité. Paix. Et bien c'est raté. A l'aide >.< | Libre =)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Robin Hood » Lives A Legend! :: ► LE COMTE DE NOTTINGHAM :: ▌Le Château De Nottingham ▌-